Prévue à l’origine pour être une assurance stricto sensu, c’est en véritable outil d’épargne destiné à percevoir des revenus complémentaires, notamment, que l’Assurance-Vie s’est muée.


Le fonctionnement de l’assurance-vie

Lorsque vous prenez la décision d’avoir recours à un contrat d’assurance-vie, vous avez la possibilité de choisir de l’alimenter de 3 manières différentes mais complémentaires les unes des autres :

  1. Vous pouvez procéder à un versement unique qui consiste, tout simplement, à faire un versement simple sur ce compte
  2. Vous pouvez opter pour des versements libres, qui vous permettent d’alimenter ce compte au gré de vos possibilités
  3. Et vous pouvez choisir de réaliser des versements programmés qui seront réguliers dans le temps avec la possibilité de faire évoluer le montant à verser

Les possibilités d’investissements

Une fois votre argent versé au contrat, vous aurez la possibilité d’arbitrer vos investissements sur deux supports différents :

Les fonds €uros :

Ils offrent plus de sécurité car votre épargne n’est pas soumise aux mouvements des marchés financiers. Cependant ils vous feront disposer de rendements moyens en échange, car nous observons que ces derniers sont limités et tendent à diminuer depuis plusieurs années.

Les unités de compte :

Contrairement au fond €uros, ils offrent moins de sécurité du fait qu’ils reposent sur un choix divers et varié de supports. Néanmoins, les rendements observés sont supérieurs à ceux des fonds €uros.
Notons que votre épargne n’est pas garantie, et que vous pouvez perdre l’argent déposé.

Comme évoqué précédemment, vous aurez la possibilité d’arbitrer la répartition de votre investissement comme vous le souhaitez en transférant les fonds d’un support.

Conseils Origami :

Nous vous encourageons à sécuriser régulièrement vos gains sur les unités de compte en les arbitrant vers le fonds en euros


Le rachat de votre épargne

Sachez qu’épargner sur un contrat d’assurance-vie vous permet tout de même de conserver votre argent disponible à tout moment.

Si vous souhaitez le récupérer en partie ou en totalité, vous devez procéder à un rachat de votre épargne.

Et de la même manière que vous pouvez alimenter ce contrat de manière programmée, vous pouvez également opter pour la mise en place de rachats dits programmés c’est-à-dire des virements permanents (mensuels, trimestriels ou semestriels) de votre contrat d’assurance-vie vers votre compte courant.

La fiscalité liée au rachat de votre épargne.

Plusieurs points sont à noter quant au rachat de votre épargne :

  1. l’imposition ne porte que sur la quote-part d’intérêts comprise dans le rachat (= capital exonéré) ;
  2. le taux d’imposition peut être relativement faible ! En ouvrant un contrat aujourd’hui, le taux de taxation sera de 12,8 % (éventuellement 7,5 % si le contrat a plus de 8 ans et que vous avez moins de 150 000 € sur tous vos contrats).
  3. les prélèvements sociaux (taux de 17,2 %) sont retenus chaque année ou lors du rachat selon le support choisi.

Que se passe t-il en cas de décès du détenteur du contrat d’assurance vie ?

Lorsque le décès du souscripteur au contrat d’assurance-vie intervient, les capitaux sont transmis aux bénéficiaires qui ont été choisis et désignés dans la clause bénéficiaire de votre contrat.

La fiscalité "décès" des contrats d’assurance-vie

La fiscalité "décès" dépend de l’âge du détenteur du contrat au jour de chaque versement (le conjoint/partenaire de pacs est exonéré dans tous les cas).

Plusieurs cas sont possibles :

Conseils Origami :

La bonne rédaction de votre clause bénéficiaire est primordiale. Effectivement, en cas de décès, l’épargne sur votre contrat d’assurance vie sera transmise aux personnes de votre choix - appelées bénéficiaires - que vous aurez désigné , selon la répartition que vous aurez prévue.
Votre clause doit être réalisée sur mesure afin de correspondre à votre volonté.
Il convient ainsi de vérifier régulièrement et avec les aléas de la vie que votre clause bénéficiaire correspond toujours à votre volonté notamment en fonction de l’évolution de votre famille.


Le coût de l’assurance-vie

Choisir d’épargner grâce à un contrat d’assurance-vie implique deux type de frais :

  1. Les frais d’entrée :
    Ils sont prélevés dès lors que vous faites un versement sur votre contrat. Ils s’élèvent, au maximum à 5 %, et ils contribuent à rémunérer votre conseiller et la compagnie d’assurance.
  2. Les frais d’arbitrage :
    Ils sont retenus dès que vous décidez de changer de support en passant du fonds en €uros vers les unités de compte, d’une unité de compte à une autre, etc... Ils peuvent représenter ±1 % du montant arbitré.
Information Origami :

Aucun frais n’est appliqué ou applicable pour sortir votre épargne de votre contrat.
Seule la fiscalité (impôts et prélèvements sociaux) sur les gains est dû lors d’un rachat.


Les avantages & inconvénients


La mise en place de l’assurance-vie


Cas pratique

James est divorcé, il vient de vendre sa maison de vacances et dispose de 225 000 €. Il a 64 ans, est retraité et a 2 enfants.

Il souhaite investir cette somme sans la bloquer car il pourrait avoir besoin d’une partie pour boucler son budget en complément de sa pension de retraite.

Il ouvre un contrat d’assurance vie et verse la totalité de la somme, soit 225 000 €. Son conseiller a déterminé son profil investisseur et son épargne est investie à 60 % sur le fonds en euros (capital garanti) et pour 40 % sur des unités de compte. Le rendement annuel est de 3 %. James a mis en place des rachats programmés de 645 € par mois.

Il décède 22 ans plus tard, son contrat d’assurance-vie est alors valorisé à 185 000 €. La clause bénéficiaire désigne ses 2 enfants à parts égales. Ils reçoivent chacun ±92 500 € (sans fiscalité).

Mots clés : /